Assurance auto : 7 conseils pour payer moins cher

Assurer sa voiture est une obligation légale depuis longtemps : aucun automobiliste ne peut y échapper, au risque de fortes amendes, et de mettre en péril ses propres deniers en cas d’accident responsable.

Avec l’augmentation continuelle du trafic automobile, les risques d’accident restent de mise et les assurances, malgré les progrès incroyables qui ont été faits ces 30 dernières années dans la technologie embarquée des organes de sécurité, ne cessent d’augmenter leurs cotisations, irrémédiablement.

7 conseils pour réduire le montant de son assurance auto

À LIRE ÉGALEMENT : Pour en savoir plus sur les assurances automobiles

Existe-t-il des astuces ou une méthodologie pour réduire la note de son assurance auto ?… Quels conseils appliquer pour économiser sur votre police d’assurance ? Suivez le guide !

Conseil n°1 : respecter le code de la route !

En respectant scrupuleusement le code de la route, vous réduisez d’autant vos risques d’accident : c’est statistiquement prouvé ! De plus, les compagnies d’assurance utilisant le système du bonus-malus, en évitant les déclarations de sinistres au fil des années, vous réduisez la note de 5%, jusqu’à obtenir 50% de réduction sur le montant total de votre assurance auto !

Certains contrats proposent parfois de bénéficier de réductions complémentaires (au-delà des 50%), quand d’autres offrent un bonus à vie une fois atteint et conservé durant un certain nombre d’années.

Si vous conduisez 13 ans d’affilée sans accident responsable, vous atteindrez donc le bonus maximal de 50% : de quoi réduire sensiblement le montant de votre police d’assurance auto !

Années sans accident responsableBonus obtenu (x0.95 chaque année)
1ère année0.95
2ème année0.90
3ème année0.85
4ème année0.80
5ème année0.76
6ème année0.72
7ème année0.68
8ème année0.64
9ème année0.60
10ème année0.57
11ème année0.54
12ème année0.51
13ème année0.50
Tableau des bonus obtenus en cas d’années successives sans accident responsable

Une astuce pour respecter plus facilement le code de la route, est d’opter pour l’éco-conduite : outre le fait que vous conduirez plus calmement (et un peu moins vite), gage d’un comportement plus en adéquation avec les règles de sécurité que l’on peut attendre d’un automobiliste, vous y gagnerez également au niveau du porte-monnaie, avec de sérieuses économies à la clé !

L’éco-conduite peut permettre d’économiser, sur un véhicule de gamme moyenne (compact ou berline en motorisation classique thermique), jusqu’à 2 litres au 100km de carburant, tout en préservant les organes de transmission et de freinage. Moins de carburant, moins d’usure mécanique, et un petit cadeau pour notre planète !

Comment fonctionne le malus ?

En cas d’accident responsable, vous perdez d’office 25% de votre bonus et passez, le cas échéant, en malus ! En d’autres termes, suite à deux accidents responsables vous pouvez perdre l’intégralité de votre bonus durement acquis.

Le malus est-il plafonné ?

Les compagnies d’assurance ne peuvent pas descendre au-delà de… 350% de malus (!) mais généralement, vous serez radié avant d’arriver à une telle punition !

Conseil n°2 : éviter les modèles les plus convoités par les voleurs

Il est de notoriété publique que les assurances font fluctuer les tarifs des polices d’assurance selon de nombreux critères techniques. Parmi eux, un critère se démarque particulièrement : le risque potentiel de vol du modèle concerné.

Chaque année, des statistiques sont dressées pour savoir quels modèles d’automobile figurent au palmarès des plus courtisées par les voleurs. Si le palmarès 2021 n’est pas encore sorti, en 2020, les modèles les plus dérobés étaient les suivants :

Position au palmarèsModèle de véhicule
1DS 7 Crossback
2Renault Mégane RS
3Renault Clio 4
4Renault Mégane 4
5Smart Fortwo
6BMW X6
7Citroën/DS DS3
8Citroën/DS DS5
9Mercedes GLA
10Toyota CH-R
Palmarès des modèles d’auto les plus volés en 2020 en France

Il est donc logique que les compagnies d’assurance appliquent une majoration aux modèles figurant parmi les plus dérobés dans le pays. Si vous voulez éviter les primes d’assurance anormalement élevées, évitez l’acquisition de ces modèles en particulier.

Conseil n°3 : si vous roulez peu, opter pour une assurance au kilomètre

L’une des meilleures méthodes pour réduire le montant de votre assurance auto, est d’opter pour un contrat d’assurance adapté à vos besoins réels. Pour cela, les compagnies d’assurance proposent des contrats « sur mesure » basés soit sur des forfaits kilométriques permettant de bénéficier de barèmes en conséquence, soit au kilométrage réel grâce à l’adjonction, chez certaines compagnies, d’un boîtier électronique permettant de mesurer précisément le kilométrage effectué (formule « Pay as you drive » : « payez ce que vous conduisez »)

Pour les petits rouleurs (typiquement les citadins), cela peut s’avérer être une solution réellement intéressante pour réduire très sensiblement le montant de votre assurance automobile ! C’est notamment un bon choix pour les véhicules de collection, ou les véhicules destinés exclusivement à un usage de loisir le week-end par exemple.

Chez mma.fr par exemple, cela s’exprime notamment au travers des offres Auto Access, qui permettent de bénéficier de primes d’assurance spécifiquement adaptées à vos besoins réels, notamment en termes de kilométrage réel.

Conseil n°4 : si vous le pouvez, privilégier les transports en commun au quotidien !

On rejoint le conseil précédent : en privilégiant d’autres moyens de transport que votre voiture, vous en réduisez l’usage, et donc, mécaniquement, le risque d’accident tout en pouvant bénéficier, le cas échéant, de formules spécifiques pour les faibles kilométrages.

De plus, si vous n’utilisez pas du tout votre automobile pour vos trajets domicile – travail, cela peut faire l’objet d’une belle réduction sur votre contrat d’assurance auto. C’est un moyen simple de réaliser des économies.

Conseil n°5 : regrouper vos assurances pour bénéficier de réductions

De nombreuses compagnies d’assurance offrent, en regroupant vos diverses assurances (par exemple votre assurance auto et votre assurance habitation), des réductions intéressantes sur tout ou partie de vos contrats.

Regrouper ses contrats d'assurance pour réduire ses primes

C’est un moyen simple de réaliser des économies, et accessoirement cela vous offre un argument de négociation supplémentaire lorsqu’il est temps de renouveler vos contrats d’assurance.

Conseil n°6 : équiper son véhicule d’alarme et de dashcam

En équipant (si ce n’est déjà le cas) votre véhicule d’une alarme certifiée, vous pouvez bénéficier d’une petite ristourne sur votre contrat d’assurance automobile pour la partie vol. Cette protection complémentaire constitue en effet une garantie pour votre assureur, que le risque de dégradation en cas de tentative de vol, voire de vol tout court, sera fortement réduit et n’engendra donc pas de remboursements onéreux en cas de vol.

Les dashcams (caméras embarquées), si elles ne sont pas encore bien connues en France, arrivent peu à peu sur le marché. Très utilisées dans certains pays, elles permettent de filmer en continu ce qui se passe lorsque vous conduisez. Il y a encore peu de compagnies qui prennent en compte leur installation, mais la tendance est lancée : n’hésitez pas à solliciter votre assureur pour savoir si vous avez droit à une petite réduction complémentaire si vous vous équipez d’une dashcam !

Une dashcam enregistre en vidéo tout ce qui se passe lors de votre conduite : un gage supplémentaire de votre bonne attitude au volant !

Conseil n°7 : ne pas déclarer les petits accidents

Bien souvent, un petit accrochage (seul ou avec un autre véhicule) peut engendrer la perte sèche de 25% de votre bonus auto. En cas de petit accident avec peu de frais de carrosserie (rayures ou petites pièces peu onéreuses), il peut être intéressant de prendre en charge par soi même les réparations, et éviter ainsi une hausse sensible de votre prime d’assurance.

Réparer soi-même les petits incidents cosmétiques permet d'éviter les malus d'assurance auto

De plus, cette hausse vous suivra de longues années avant de recouvrer un montant « bonussé » : à prendre en compte en cas de petits bobos cosmétiques sur votre voiture !

Retour haut de page